Séquence 1                                                                                   Extérieur Nuit

Une route de campagne, étroite et sinueuse. Nous surplombons la chaussée de quelques mètres. La caméra descend doucement vers le sol. Un jingle radio et un flash d'information se font entendre...

La radio (off)

Nous interrompons nos programmes pour un flash spécial... Depuis une heure, un avion de la compagnie TBBA se maintient miraculeusement dans les airs au-dessus de nos têtes. Les commandes sont aux mains d'un stewart, qui a pris la place du commandant et de son copilote, tous deux victimes d'un malaise dont on ignore les causes. Malgré l'extrême gravité de la situation, rien n'est encore perdu, car le stewart aux commandes de l'avion est en liaison avec un pilote instructeur qui, au sol et depuis sa voiture, téléphone portable en main, leur indique la marche à suivre.

Au terme de cette annonce, alors que la caméra est maintenant au ras de la chaussée, une voiture entre dans le cadre dans un rugissement de moteur. Le conducteur, brun, trente ans passés, chemise blanche, cravate noire, plutôt bel homme, écrase l'accélérateur. Il est tendu, un téléphone portable en main...

La radio (off)

Le pilote se dirige actuellement vers un petit aérodrome de la région où l'avion devrait atterrir... Bien entendu, toute la rédaction est mobilisée, et nous entendrons tout à l'heure notre envoyé spécial Franck Cognard, qui...

 

 

 

Séquence 2                                                                                  Extérieur Nuit

L'homme éteint l'autoradio. Il semble écouter très attentivement ce qu'on lui dit à l'autre bout du fil... puis il prend la parole :

L'homme :

Ne vous inquietez pas, je vais vous expliquer... Oui, je...

Mais un bip sonore l'interrompt. L'homme jette un regard incrédule à l'écran de son téléphone sur lequel apparaît le message : Į Réseau indisponible Č.  Conduisant d'une main, il surveille l'indicateur de son écran. Rien ne vient...

A cet instant, alors qu'il aborde une légère côte, l'homme aperçoit une cabine téléphonique isolée, du côté gauche de la route. Il hésite à peine un instant, jette son portable sur le siège passager et d'un brusque mouvement de volant, il se range du côté droit, deux roues sur le bas-côté.

Il coupe le moteur, tire le frein à main, et regarde les environs. La cabine téléphonique trône au bord de la chaussée, un peu défraîchie. Elle est un d'un modèle absolument standard, et seul son isolement pourrait sembler étrange. Autour d'elle, le noir opaque de la nuit ne laisse aucun doute : pas une lumière en vue, pas âme qui vive.

L'homme sort du véhicule.

Séquence 3                                                                                  Extérieur Nuit

Il traverse.

Malgré une légère résistance de la porte, il met un pied à l'intérieur de la cabine. Mettant la main à sa poche revolver, il se rend compte alors qu'il lui manque quelque chose.

Il retourne à son véhicule.

Séquence 4                                                                                  Extérieur Nuit

Il ouvre la portière et récupère son portefeuille, resté sur le tableau de bord. L'homme, portefeuille en main, retourne à la cabine. Sur le chemin, il sort le trousseau de clefs de sa poche, et actionne à distance la fermeture centralisée des portes.  Un Į bip Č sonore retentit, les feux de stop clignotent et les serrures se verrouillent avec un bel ensemble.

Séquence 5                                                                                  Extérieur Nuit

La porte de la cabine résiste encore, mais cède. Il décroche le combiné, pose son portefeuille sur la tablette, et l'ouvre. Il sort une carte à puce, et s'apprête à l'utiliser... Quand il se rend compte que cette cabine fonctionne encore avec des pièces, il raccroche.

Reprenant son portefeuille, il y remet la carte et y cherche sa monnaie. Visiblement, à part un billet plié en deux,le porte-monnaie est vide.

Il sort de la cabine avec difficulté et retourne à la voiture, qu'il ouvre à distance.

Séquence 6                                                                                  Extérieur Nuit

Dans la poche de sa veste, acccrochée au dossier de son siège, il trouve un peu de monnaie. Seule une pièce blanche fait l'affaire, les autres sont des centimes inutilisables...

Muni de sa seule pièce, il retraverse la route, après avoir verrouillé sa voiture de nouveau.

Séquence 7                                                                                  Extérieur Nuit

Il entre dans la cabine (la porte résiste toujours), et s'apprête à insérer la pièce dans la fente prévue à cet effet. Mais, dans un geste maladroit, il la laisse tomber au sol.

L'homme regarde ses pieds, soupire, puis s'agenouille.

Il récupère la pièce blanche, et se relève... un peu vite. Sa tête vient heurter la tablette, et l'homme pousse un grognement. Sous le choc, l'homme a lâché la pièce, qui retombe au sol, et roule sur quelques centimètres, juste assez pour aller disparaître entre la plaque métallique qui forme le sol de la cabine, et les montants verticaux de celle-ci.

La pièce a disparu. L'homme, qui se frotte le crâne, a suivi des yeux la précieuse monnaie et, consterné, se dégage de la cabine.

Séquence 8                                                                                  Extérieur Nuit

Il retourne à sa voiture et, actionnant sa télécommande, en ouvre le coffre. D'une petite boîte à outils, il sort un tournevis. Puis, parce que tout ceci commence à bien faire, il claque le coffre violemment.

Puis, arme à la main, il se dirige vers la cabine.

Séquence 9                                                                                  Extérieur Nuit

S'agenouillant, remontant ses manches, il se met au travail. Il finit par réussir à tordre la plaque du sol de quelques centimètres. Il repère la pièce, et glisse les doigts dans l'interstice. Il se fait mal, insiste, et finalement, récupère la pièce.

Il se relève, et, avec d'infinies précautions, décroche, et glisse la pièce dans la fente prévue à cet effet. La pièce disparaît dans les entrailles de la machine. Il écoute avec anxiété le long glissando métallique de la pièce parcourant les mécanismes de l'appareil. Puis, après quelques secondes, le silence. Un long silence pendant lequel le visage de l'homme se déforme en une grimace de dépit. Mais soudain, après un grésillement électrique, il entend la tonalité. Soulagé, il lève la main pour composer le numéro...

Il tape deux chiffres, et s'immobilise. Il semble réfléchir, hésite, marmonne quelques chiffres, en compose un troisième, hésite de nouveau, et finalement raccroche rageusement. Il ressort de la cabine après une brève lutte avec la porte...

Séquence 10                                                                                Extérieur Nuit

Retournant à la voiture, il arrache la première page du bloc-notes accroché sur le tableau de bord, sur laquelle est inscrit un numéro de téléphone. Il l'emporte avec lui.

Séquence 11                                                                                 Extérieur Nuit

De retour à la cabine, il décroche à nouveau le combiné, et s'immobilise. Il cherche la pièce dans ses poches, sur la tablette, inquiet. Puis il s'interrompt, et sourit. La pièce est, bien entendu, dans le collecteur de monnaie, qu'il ouvre d'un geste sûr. Mais son visage se décompose. Le réceptacle est vide, la pièce n'est pas redescendue. Il referme et ouvre de nouveau plusieurs fois le volet métallique, comme si ce tour de passe-passe pouvait faire apparaître la pièce. Il s'agenouille, et scrute l'intérieur du réceptacle, y glissant les doigts...

Puis il frappe l'appareil du plat de la main, puis du poing, puis du pied, et s'acharne sur le combiné et sur son support, qu'il actionne fébrilement. Toute la cabine en est secouée... Le feuillet de papier tombe au sol...

Rien à faire, la pièce n'est plus qu'un souvenir.

Glissant le long de la paroi, il s'affale au sol, la tête entre les mains. Sous son nez oscille le combiné, suspendu au bout de son câble. Il le repousse d'un geste nerveux, et le combiné, décrivant une belle ellipse, revient lui frapper le visage.

L'homme jure, porte la main à son visage, et se relève vivement. Sa tête heurte une nouvelle fois la tablette de métal. Il finit de se redresser, et il sort de la cabine.

 

Séquence 12                                                                                 Extérieur Nuit

Il s'approche de la voiture, en rage, ouvre les portes, et s'installe sur son siège. Il desserre le frein à main, glisse la clef dans le démarreur, et s'apprête à fermer sa portière, mais c'est à cet instant qu'il entend un bruit métallique en provenance de la cabine. Un bruit reconnaissable entre tous : celui d'une pièce de monnaie tombant dans un réceptacle en métal.

L'homme redresse la tête, sort du véhicule, furieux. Il claque la portière si violemment que la voiture, secouée, s'ébranle, et commence doucement à reculer. Mais notre homme n'a rien vu, et referme la voiture, télécommande en main, sans même y jeter un coup d'Īil. Toutes les portes se verrouillent tandis que la voiture, très lentement d'abord, s'éloigne...

Séquence 13                                                                                 Extérieur Nuit

L'homme est de retour à la cabine.

Il pose les clefs sur la tablette, ouvre le tiroir de fer : la pièce est là, brillant d'un éclat vif. Il la récupère, l'embrasse, puis se tourne d'un air résolu vers l'appareil.

Il reprend le combiné, toujours suspendu à son câble, raccroche puis décroche à nouveau, et insère la pièce.

Il récupère au sol le feuillet sur lequel est inscrit le numéro, et compose avec attention le numéro de téléphone. Sa concentration est extrême.

Après un bref silence, c'est le rythme lent de la tonalité indiquant qu'à l'autre bout, enfin, le téléphone sonne.

L'homme se détend et lève les yeux vers le décor alentour... Et s'aperçoit de la disparition de la voiture.

Il hésite, raccroche violemment, et bondit hors de la cabine, après avoir un peu bataillé avec la porte, mais il se ravise et retourne un instant en arrière pour récupérer la pièce.

Séquence 14                                                                                Extérieur Nuit

Puis il rattrape rapidement le véhicule qui n'a pas eu le temps de parcourir plus d'une quinzaine de mètres. Il pose la main sur la poignée de la portière. Fermée, évidemment. D'un regard, il localise les clefs, restées sur la tablette de la cabine.

Séquence 15                                                                                 Extérieur Nuit

Il se rue sur la cabine dont la porte s'ouvre sans effort (à son grand étonnement) et récupère le trousseau. Puis il sort comme un boulet de canon de la cabine.

Séquence 16                                                                                Extérieur Nuit

Il court après la voiture, qui a maintenant parcouru un joli trajet, et qui, dans la longue pente douce, prend encore de la vitesse. L'homme gagne du terrain.

Arrivé au niveau de la portière avant, courant toujours, il sort sa télécommande de la poche, et, fébrilement, tente d'actionner le système. Après quelques instants, l'ouverture centralisée se déclenche.

L'homme agrippe la poignée, ouvre la porte, et se jette à l'intérieur de la voiture.

Séquence 17                                                                                 Extérieur Nuit

Il tire sur le frein à main. La voiture stoppe sa course.

L'homme engage la clef de contact, et fait démarrer le moteur. Il enclenche la vitesse, et appuie sur l'accélérateur.  Mais la voiture ne bouge pas.

L'homme jette un oeil entre les deux sièges, et desserre le frein à main. Puis il reprend sa tentative. La voiture vibre, tangue un peu, mais n'avance pas d'un centimètre. L'homme insiste, et fait rugir le moteur. Jusqu'à ce que, dépité, il coupe le contact, sorte de la voiture et la contourne.

Séquence 18                                                                                Extérieur Nuit

Il constate rapidement que la roue arrière droite, surplombant le fossé, ne touche plus terre, tandis que la gauche est à moitié enfoncée dans une flaque de boue. Rien à faire. L'homme s'arc-boute à l'arrière du véhicule, les mains sur le coffre.

De tout son poids, de toutes ses forces, il tente de déplacer la voiture, sans succès. Au sommet de l'effort, ses mains glissent sur le métal, et il s'étale de tout son long sur le sol boueux...

Il se relève, recouvert de terre, titubant un peu. Puis il fait quelques pas sur la route, un peu sonné. Il retourne à la cabine. La portière de la voiture est ouverte... Sur le siège passager, le téléphone portable... Un indicateur vient de s'afficher sur l'écran. Le réseau est de nouveau accessible...

Séquence 19                                                                                Extérieur Nuit

L'homme est arrivé à la cabine (plus éloignée maintenant de la voiture qu'auparavant), il entre, insère la pièce, compose le numéro rapidement, jetant un Īil sur le feuillet posé sur la tablette.

Au loin, dans le silence de la campagne, on entend très distinctement la sonnerie du téléphone portable, qui sonne joyeusement.

L'homme blêmit, puis hésite... Mais au bout du fil, l'appel à aboutit, et l'on entend la tonalité lui indiquant que son correspondant est occupé... L'homme raccroche violemment, et pose la main sur la poignée de la porte vitrée...

...Qui résiste à tous ses efforts. Les accents stridents de la sonnerie du portable se font de plus en plus fort... L'homme est coincé dans la cabine... Il réfléchit un instant, puis se décide à enlever l'une de ses chaussures, et à l'utiliser pour briser la vitre inférieure de la porte, qui explose.

Il se contorsionne pour passer à travers l'étroite et blessante ouverture, posant malgré lui les mains sur les débris de verre...

Séquence 20                                                                                Extérieur Nuit

Courant vers la voiture, une chaussure à la main. Il arrête soudain sa course. Le téléphone a cessé de sonner. Il marche maintenant rapidement vers la voiture, remettant sa chaussure à cloche Đpied, et pestant contre sa malchance. Il arrive près de la voiture, sort ses clefs... Et marche sur son lacet défait. (La scène se déroule au ralentit)

Il perd l'équilibre, et bascule vers la portière ouverte.

Dans le mouvement, l'homme a lâché ses clefs, qui voltigent un instant dans les airs, tandis que, déséquilibré, il tombe, les mains en avant et atterrit sur la portière de sa voiture, qui se referme sous le choc.

Les clefs rebondissent sur la chaussée. On entend alors le bip aigu de la fermeture centralisée qui se déclenche. Sous les yeux de l'homme, à travers la vitre, les taquets intérieurs de fermeture s'abaissent, et la voiture se verrouille.

Les clefs, au terme du rebond, ont fini par disparaître dans le fossé.

Le téléphone portable sonne de nouveau...

L'homme glisse le long de la portière, tournant la tête vers la chaussée.

L'homme est assis au sol, le dos sur la portière fermée de sa voiture. Il se passe la main sur le visage, se tachant au passage du sang dont ses mains sont maculées.  La sonnerie s'interrompt de nouveau. L'homme se relève très péniblement. Il boîte, et sa cheville  semble le faire horriblement souffrir.

Claudiquant, il retourne sur la route, cherchant ses clefs du regard. Après quelques instants d'une recherche un  peu folle, l'homme descend dans le fossé. Il patauge dans la boue quelques instants, puis relève la tête, dépité, et abandonne.

Son allure est pitoyable.

Séquence 21                                                                                 Extérieur Nuit

Remontant sur la chaussée, il retourne péniblement à la cabine.

Il récupère la pièce, la glisse à nouveau dans l'appareil, prend le feuillet de la main droite et, lentement,  compose le numéro. Mais lorsqu'il écarte le pouce, posé sur le dernier nombre du numéro inscrit sur le feuillet, l'homme pousse un gémissement : une tache de sang est venue maculer le dernier chiffre. On devine un 3 ou un 5, sans pouvoir trancher. L'homme hésite longuement entre les deux touches, et finit par se décider pour le 3... Son appel semble bien aboutir cette fois, et, à l'autre bout du fil, le téléphone sonne... Puis, un dans un grésillement, quelqu'un décroche enfin...

L'homme :

Allô ?

Une voix de femme :

Allô ? Jacques  ?

L'homme, dont le visage se décompose, ne répond pas.

 

La voix :

Allô ? C'est toi Jacques ?

L'homme :

Non... C'est pas Jacques,  non...

La voix :

Ah, excusez moi, j'ai du faire un faux numéro...

L'homme :

C'est moi qui appelle madame, vous ne...

Au loin, une autre voiture se dessine à l'horizon. L'homme l'aperçoit.

Il s'interrompt et raccroche violemment. Il sort de la cabine à quatre pattes. Puis se plante au milieu de la route.

Séquence 22                                                                                Extérieur Nuit

Dans la voiture qui s'approche, le conducteur porte une tenue qui ne laisse aucun doute : veste bleue marine aux épaules galonnées, logo ailé sur le revers, casquette posée sur le tableau de bord : c'est un pilote de ligne. Et ce pilote est en grande conversation téléphonique avec un avion en détresse:

Le pilote :

Non. Il faut couper les réacteurs principaux avant l'atterrissage... voilà... Alors... Vous voyez le levier rouge ? Bon,  il faut...

Mais dans la lumière de ses phares vient d'apparaître la silhouette de l'homme, au visage ensanglanté, aux vétements déchirés et maculés de boue... Le pilote donne un coup de volant. Dans un crissement de pneu, partant en dérapage, la voiture évite de peu notre homme. Et tandis que celui-ci se retourne lentement, nous entendons le fracas métallique d'un accident, pour découvrir quelques instants après l'étendue des dégâts :

La voiture a percuté la cabine, et s'y est encastrée violemment. Un peu de fumée s'échappe du moteur.

Le pilote émerge de l'épave, téléphone portable en main, il titube et se frotte la nuque. Il relève les yeux vers notre homme qui, tranquillement, s'approche. Semblant soudain reprendre ses esprits, il rapproche le téléphone de son oreille :

Le conducteur :

Allô ? ...un instant, ne quittez pas... J'ai un petit soucis, je... Oui... une seconde...   Je... Non non, pas de panique, tout va bien...

Notre homme vient d'apercevoir le téléphone portable. Dans le haut parleur du téléphone, la voix du stewart se fait entendre :

Le stewart (off)

Allô ? Qu'est ce que je fais avec le levier rouge alors ? Je tire le levier rouge ? C'est ça ?

L'homme arrache le téléphone des mains de son propriétaire.

Le pilote :

Oh! Oh, ça va pas ? Mais vous êtes malade ou quoi ?

Le stewart (off):

Non ? Bon ok, je ne touche à rien...

 

L'homme (très calme, levant une main pour calmer le pilote):

Je vous l'emprunte quelques instants...

L'homme s'apprête à couper la communication...

Le pilote :

Non, ne faites pas ça !!!

Le stewart (off) :

Bon mais alors je fais quoi ?! Je ne comprend p...

L'homme a appuyé sur le bouton, et coupe la communication.

Le pilote se jette sur lui pour reprendre le téléphone. Mais l'homme lui assène un violent coup de poing, et le pilote vacille, puis s'écroule, le nez en sang, sur la chaussée.

L'homme reporte son attention sur le téléphone.

Séquence 23                                                                                Extérieur Nuit

Puis il s'éloigne.

Et tandis qu'il s'approche de nous, laissant derrière lui la voiture immobilisée sur le bas-côté, ce qui reste de la cabine, le véhicule accidenté, l'homme étendu au sol, il ressort le feuillet de sa poche, et recompose le numéro sur le clavier du portable.

Il met le téléphone à l'oreille, et attend la communication, marchant toujours, s'éloignant de la scène.

Au loin, derrière lui, bas dans le ciel, précédé d'un sifflement qui s'amplifie à chaque seconde, les lumières puis la silhouette d'un Airbus font leur apparition.

 

L'homme :

Allô ? Oui... Chère madame, nous avons été coupé... Oui. Je vais vous expliquer mais... Je suis bientôt chez vous, j'arrive là... Je suis un peu en retard, mais j'arrive...

L'avion tangue, oscille et penche nettement sur le côté.

Il est à peine à quelques dizaines de mètres au-dessus du sol. Partant de travers, l'avion grossit et se rapproche à toute vitesse. Ses phares surpuissants inondent la scène de lumière.

L'homme (criant presque pour se faire entendre) :

Elle est superbe, vous savez, vous ne le regretterez pas allez !! Faites moi confiance... Oui, c'est une grosse somme, bien sûr, mais à votre âge, qu'est ce que vous feriez de cet argent ? et puis 180 mensualités, allez, c'est vite passé !!

Frôlant le bitume, il fracasse la cabine téléphonique, heurtant au passage la voiture accidentée qui explose sous le choc.

Notre homme marche toujours, au premier plan, et il ne prête aucune attention à ce qui se passe derrière lui.

L'homme :

Comment ? Oui, vous allez pouvoir signer le contrat ce soir !! ... Ah oui mais demain je ne pourrais plus vous faire une offre pareille, vous savez... Ce soir, si si... C'est de la cuisine de qualité, il ne faut pas rater une affaire comme celle là !!

 

L'avion arrachant au passage branches et poteaux télégraphiques, glisse sur la route en direction de la caméra, dans une gerbe d'étincelles. Sa silhouette imposante emplit bientôt tout le cadre...

... Et dépasse notre héros, le couvrant un instant de son aile.

Tandis que l'avion disparaît hors-champs, dans le fracas de la tôle grinçante, l'homme, les yeux baissés, se contente de mettre une main sur l'oreille libre, pour mieux entendre son interlocuteur.

L'homme :

Ah je vous entends mal... Moi ? Non, des soucis, j'ai été retardé oui... Non...

L'homme lève les yeux. Sur son visage se reflètent les flammes d'un incendie...

... Rien de grave.

Noir.

 

Générique.

Le générique est un déroulant sur fond noir traditionnel...Mais en cours de route, quelques lettres se Į détachent Č, tombent et rebondissent sur celles qui arrivent par le bas du cadre, les entrainant dans leur chute. Finalement, de destructions en destructions, les derniers titres deviennent illisibles.

 

Renaud Philipps Septembre 2001 / Janvier 2003